Ploërmel Brocéliande fait sa promo dans le métro parisien

Nouvelle campagne parisienne pour le Morbihan. Jusqu'au 9 mai 2017, il s'affiche dans le métro.

04/05/2017 à 14:13 par Amélie Loho

Brocéliande s'affiche sur les quais du métro parisien. © Morbihan Tourisme. -
Brocéliande s'affiche sur les quais du métro parisien. (© Morbihan Tourisme)

Un blondinet d’une dizaine d’années armé d’une épée dans un écrin de verdure : voilà l’un des sept visuels à la Arthur le valeureux que les usagers du métro parisien pourront découvrir jusqu’au 9 mai. Pour la troisième année consécutive, le département du Morbihan s’offre une vaste campagne d’affichage en dévoilant ses sites incontournables.

Lorient, Carnac, Belle-Île-en-Mer, la baie de Quiberon et le Golfe : pendant quinze petits jours, 1700 faces bleu azur vont orner les quais du métro, gares et RER. Objectif : tordre le cou aux clichés sur le climat.

> LIRE AUSSI : Passez à l’Ouest : la campagne de pub de la région Bretagne fait un carton

Brocéliande, le poumon vert

Localement, le poumon vert du Morbihan, Brocéliande, se taille la part du lion. Patrick Le Diffon, maire de Ploërmel et président de Ploërmel Communauté, se félicite :

Il y a les adeptes du tourisme fluvial et côtier d’un côté. Ceux de la forêt de l’autre. Cette campagne conjugue l’ensemble.

Dans la même veine, Morbihan Affaires s’est doté d’un visuel au slogan évocateur : « sous les dossiers, la plage ».

Le Morbihan à 2h30 de Paris

Ces affiches ont un autre point commun : toutes rappellent qu’à compter du mois de juillet, les Parisiens ne mettront plus que 2h30 pour rejoindre le Morbihan. Y aura-t-il un avant et un après LGV ? Le projet breton suscite de grands espoirs. Assez pour que le département débloque 193 000 euros pour conquérir le cœur des Franciliens.

« Pas démesuré au regard du retour sur investissement », affirme Patrick Lévy. En témoignent selon le directeur départemental du tourisme, les nuitées enregistrées dans le Morbihan qui pèsent à hauteur de 34 % dans les statistiques régionales.

Avec cette campagne, le département estime à 500 millions, le nombre de personnes qui pourront être potentiellement touchées. « Je suis persuadé que notre notoriété peut encore s’accroître », insiste le directeur. En substance, le Morbihan peut « encore » mieux faire.